SANTA CRUZ (1504-1508), attribué à

Lot 10
8 000 - 10 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 22 880 €

SANTA CRUZ (1504-1508), attribué à

Le Christ au Mont des Oliviers
Huile et rehauts d'or sur panneau, deux planches filassées non parquetées (manques, restaurations anciennes)
Panneau de retable rectangulaire, sans cadre
115 x 73,8 cm
La composition générale de ce panneau inédit reprend celle d'un autre élément de même sujet attribué à Pedro Berruguete (Paredes de Nava, vers 1450-Avila, vers 1504) et situé au niveau supérieur du retable du maître-autel de la cathédrale d'Avila. Pour la réalisation de cette œuvre monumentale consacrée à la vie du Christ, trois peintres se sont succédés: Pedro Berruguete, Santa Cruz et Juan de Borgoña. Après la disparition de Berruguete en 1504, Santa Cruz a poursuivi l'ouvrage, réalisant, selon la critique, trois scènes: la Crucifixion, la Résurrection et l'Adoration des Mages. Santa Cruz - probablement un surnom - n'est connu que par le document du 28 mars 1508 stipulant que Juan de Borgoña a pris sa suite et celle de Berruguete afin d'achever le retable. Selon toute vraisemblance, à cette date, Santa Cruz est déjà mort.
En se fondant sur le style des trois scènes attribuées à Santa Cruz, C. R. Post (A History of Spanish Painting, The Beginning of the renaissance in Castille Leon, Cambridge, Mass., 1947, Vol. IX, 1, p. 235-253) a dressé un premier catalogue des œuvres de Santa Cruz, qu'il pense originaire des Pays Bas au vu des influences flamandes. D'autres chercheurs, l'on en revanche cru Italien (A. de Bosque, Artistes italiens en Espagne du XIVe siècle aux rois catholiques, Milan 1965, p.296 et sq).
En confrontant notre panneau à ceux du retable d'Avila, on retrouve le même canon allongé des personnages vêtus d'amples costumes aux larges plis ondulants et doucement enveloppants, la même sérénité des expressions uniquement troublée ici par celle de Judas. La disposition originale, hautement personnelle de la composition qui place l'apôtre allongé plongé dans un profond sommeil au premier plan, dénote le même «effet théatral» (Bosque) produit par la position des deux rois mages conversant dans la scène de l'Épiphanie. Quant à l‘attitude du saint Pierre sommeillant assis les jambes étendues, elle reprend celle du soldat à gauche dans le triptyque de la Résurrection attribué par Post à Santa Cruz. Dans les détails, le visage du Christ de notre panneau présente la même sureté de dessin et les mêmes traits que celui de la Résurrection d'Avila ou celui du roi Mage placé de face dans l'Epiphanie. De même, mains et pieds sont tracés fermement en respectant ombre et lumière, insistant sur le dessin des ongles courts.
Lot 10: Vendu Sur le procès-Verbal de la Scp Libert-Hara-Sejournant, Frais 14%40ttc
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue